Peut-être enfin le bout du tunnel.

Bonjour à tous,

 

Comme vous le savez, les circonstances familiales font que je n'ai pas grand'chose à vous écrire, du moins rien de positif donc à quoi bon vous ennuyer avec les cauchemars que vivent les parents d'un malade Alzheimer.

 

Ce mois d'août en bref :

 

Rafaël est rentré pour 3 semaines de vacances, il repart le 7 septembre, heureux homme !  Malheureusement, à peine avait-il posé le pied en Belgique qu'une mauvaise nouvelle l'attendait, Rainbow lui a envoyé un mail lui disant qu'ils ne renouvelleraient pas son contrat, le voilà donc sans emploi à son retour.  Cela ne l'inquiète pas trop, les clubs de plongée ne manquent pas et ce sera la haute saison à Phu Quoc.  Par contre, les méthodes utilisées sont vraiment dégueulasses, ils l'ont vu avant son départ et ne lui ont rien dit, lâches qu'ils sont !

 

Le temps en Belgique est... belge, c'est-à-dire moche, gris, pluvieux et froid certains jours.  Je suis revenue en juillet avec un grand soleil et des canicules, mais celui-ci a préféré quitter ce tout petit pays où personne n'arrive à s'entendre et aller réchauffer des coeurs plus joviaux. 

 

Ma mère décline de plus en plus et n'est plus capable d'aucune conversation cohérente, ne sait plus rien faire de "normal" et ses scènes de violence et d'insultes se multiplient au fil des jours à tel point que je suis allée demander de l'aide au médecin (la spécialiste étant injoignable) et la décision a enfin été prise, il va falloir la placer.  Mon père a du mal, mais prend la chose avec philosophie, il est au bout du rouleau et si nous n'agissons pas, il va finir par avoir une attaque ou dieu seul sait quoi.  Rendez-vous est donc pris pour ce soir 18 heures pour finaliser les préparatifs et, si tout se passe comme prévu, demain nous la conduirons à l'hôpital psycho-gériatrique en attendant de trouver une place dans une institution. 

 

Encore un très mauvais moment à passer, plus pour lui que pour moi, puis le soulagement.

 

Cela ne me fera pas revenir au Viet Nam, je ne peux pas laisser mon père tout seul maintenant, mais cela m'ouvre de nouvelles perspectives, s'il ne change pas d'avis, mon avenir sera moins sombre et moins bouché qu'en ce moment.

 

Bises à tous,
Pat

 

PS : Si vous connaissez un club de plongée qui a besoin d'un instructeur PADI, n'hésitez pas à nous mettre en contact.