Note aux lecteurs "voyageurs", ce post est tres personnel, je ne devrais pas l'ecrire sur un blog public, mais j'en ressens le besoin.  N'hesitez pas a passer votre chemin si vous cherchez des conseils touristiques, aujourd'hui, je philosophe...

Bonjour tout le monde,

Voila, c'est fait, j'ai reserve mon billet de retour.  Je quitte Saigon  le 23 juin via Kuala Lumpur et arrive a Paris le 24 juin (jour anniversaire de la naissance de mon Parrain qui n'est plus de ce monde, malheureusement) a 06.40 h du matin.  De la, Thalys jusqu'a Liege, puis Tilff, commune dont je suis citoyenne sans jamais y avoir  vraiment reside.  J'ai longuement hesite vu toutes les implications futures, mais je pense que pour le moment c'est la meilleure solution.  L'avenir nous dira combien de temps je resterai et ce qu'il adviendra de tout ca.  En ce moment, je ne sais pas.  J'ai l'impression que le ciel m'est tombe sur la tete et ce n'est que depuis quelques jours que je realise vraiment la situation.

Ce matin, deux idees a ce sujet tournaient dans ma tete. 

La premiere : "La petite fille (que finalement je n'ai jamais cesse d'etre) va mal et a besoin de retourner aupres de papa-maman histoire de panser ses blessures". 

La seconde : "Quoi qu'il arrive, je n'ai jamais ete capable de vivre une vie "comme tout le monde", j'ai beau essayer, des qu'un avenir "fige" se profile, je panique et, inconsciemment, je fais en sorte que ca foire. (mariage, maison et maintenant commerce)".  Pas la peine de chercher des excuses ou des coupables, c'est quand meme moi qui ai pris les mauvaises decisions et opere les mauvais choix.  Bien sur, tout un tas d'evenements collateraux auraient pu ne pas se produire et cela aurait ete plus facile, mais bon... ainsi va la vie, et je reste persuadee que rien n'arrive jamais par hasard.  Je verrai vers ou me porte ma destinee et, comme cela s'est toujours produit, je comprendrai le pourquoi du comment de tout ceci le moment venu. 

Quoi qu'il en soit, en depit du fait que sans l'aide de mes parents, je n'aurais jamais pu faire ce que j'ai fait, je me dis que j'aurai quand meme essaye, que pour l'instant tout n'est pas encore definitivement perdu et que, comme le phoenix, je renais toujours de mes cendres (et ce n'est pas la premiere fois que ca arrive).  C'est quand meme cet aspect des choses qui me tombe le plus dur, s'il ne s'etait agi que de ma bourse, je me tracasserais beaucoup moins : l'argent, pour moi, est un moyen, pas un but.  Ceci dit, il en faut, pas la peine de se mettre la tete dans le sable.  Rene, je ne t'oublie pas, il faudra seulement patienter un peu, j'honorerai ma dette, j'y mets un point d'honneur.

Ca me fera aussi tant de choses a raconter a mes petits-enfants (pas trop j'espere, je n'ai pas vraiment l'ame d'une mamy).  Mon parrain et grand-pere, lui, c'etait avec ses histoires de guerre et d'armee qu'il arrivait a me tenir en eveil, moi ce sera avec mes histoires de chutes et de renaissance, de voyages, de boulots divers et de cassages de g...   Deja maintenant, d'ailleurs,  quand quelqu'un me demande de raconter mon parcours, j'hesite a tout dire tant il a ete diversifie,  parfois seme d'embuches et parfois de pistes couvertes de roses.  J'ai envie de commencer en disant "Mais non, je n'affabule pas, je vis a 100 a l'heure et en bord de falaise, excusez-moi, je ne peux pas m'en empecher."  Mais je me contente de dire "Ben, si tu as deux heures a perdre, je veux bien". 

Cette histoire vietnamienne me rappelle aussi une petite phrase lue dans un profil sur internet : "Vis tes reves plutot que de rever ta vie".  J'avais ete charmee et la personne qui l'avait ecrite est depuis devenue mon meilleur ami, meme si on ne se voit que tres rarement.  Lui, il en est encore a plus souvent rever sa vie que vivre ses reves, mais il m'a donne l'impulsion necessaire pour vivre les miens, meme si pour le moment, le resultat est plutot sous-sol que 7e ciel.  Je dis encore "pour le moment", car je ne peux et ne veux pas me dire "tout est fichu", ca ne me ressemble pas.  Je vais faire comme souvent, me rouler en boule pendant quelques temps et puis, quand j'en aurai marre et que j'aurai recharge mes batteries, je repartirai a l'assaut des ... moulins a vent ?  Appelez-moi Don Quichotte, qui veut etre Sancho Panza ?

Raf, de son cote, ca va tres bien, il economise pour rentrer en Belgique en vacances (3 semaines a un mois), puis il retrouvera son boulot.  De ce cote, pas de souci a se faire, son avenir est "assure", il peut soit rester encore quelques annees au Viet Nam, soit partir vers d'autres latitudes.  Pour le moment, Yen n'est pas prete a voyager hors frontieres, il va donc rester encore ici.  J'ai bien l'impression que tout ca finira par un mariage.  Qui sait, d'ici quelques annees, mes petits-enfants seront metis, les premiers de la famille, vive le melange des peuples, physiquement parlant, c'est toujours une reussite, je trouve les metis tellement beaux, quel que soit le melange de races.

Bon, fini de vous embeter avec mes histoires personnelles,  voici

- des nouvelles du temps...

Depuis quelques jours, il fait couvert, souvent pluvieux, la temperature a chute de plusieurs degres ce qui est une benediction, car nous avons vraiment eu trop chaud pendant deux semaines.  Des pluies diluviennes s'abattent regulierement sur l'ile, occasionnant une deperdition de courant qui entraine une carence importante d'electricite sur le territoire.  Moralite, il ne se passe pas un jour ou presque sans que nous ayions droit a une coupure, parfois toute la journee, parfois une partie de la nuit ou pendant la soiree.  Avec la coupure de courant vient la quasi coupure de l'eau, mais le gouvernement arrive quand meme a nous fournir un petit filet qui nous permet de nous laver.  Ca prend beaucoup de temps, mais ca aide a se rafraichir quand on doit supporter 35 degres sans ventilateur ni, bien entendu, air conditionne.

- de la vie quotidienne...

Dimanche dernier, j'etais dans ma chambre et soudain, bang, crac... accident juste devant chez moi.  Moto contre taxi, pas de blesse.  Discussion animee entre les deux chauffeurs, le motard agressant le taximan et menacant de lui faire sa fete.  Discussions animees parmi les spectateurs venus en nombre, chacun y allant de son commentaire et explication personnelle. 
Arrivee d'un militaire... Il regarde, demande quelque chose au motard, prend son gsm, telephone et repart.  Dix minutes plus tard, arrivee d'un policier (un beige, CSGT, police de la route)... Il place sa moto au milieu de la route pour signaler l'accident, regarde les degats au taxi, demande dieu sait quoi au motard et au taximan, prend son gsm, telephone et repart...   Cinq minutes plus tard, arrivee d'un policier vert (police locale, je pense), il traverse la rue, va poser quelques questions aux commercants ambulants postes la, ne telephone pas, mais repart... Apres une demi-heure de ce cirque, la moto etait toujours couchee au milieu de la route, le motard etait parti dieu sait ou avec un ami, le taximan avait recu du renfort (un autre taxi) et les differents corps representant l'autorite s'etaient volatilises.  J'en avais marre, je suis rentree.  Quand je suis resortie deux heures plus tard, tout etait termine, je ne saurai jamais comment...  J'espere que quand il y a un blesse grave, ca bouge moins et ca agit plus...  Viet Nam, Viet Nam, drole de pays...

A bientot,
Pat