Bonjour tout le monde,

Je profite qu'il y a de la connexion pour vous ecrire un petit post sans photos.  De un, je n'en ai pas fait, de deux, ca risquerait de me prendre trois heures.

Beaucoup de changements ces derniers temps !!!

Suite a un ras le bol et une petite depression, j'ai decide de quitter Nha Trang le 4 mai en attendant que la maison que nous voulions louer se libere enfin.  Il faisait un temps excecrable, beaucoup de pluie, peu de touristes excepte lors du long week-end du 30 avril et j'avais tendance a rester enfermee a l'hotel.  Une sorte de routine malsaine s'etait emparee de moi, je me sentais de plus en plus mal et il fallait que je "bouge" (dans tous les sens du terme).

J'ai donc fait le check-out a l'hotel, pris un ticket de bus pour Saigon et ... je ne savais pas encore si j'allais continuer ma route vers Can Tho ou rester quelques jours a Saigon.  J'attendais des nouvelles de Su pour savoir s'il etait disponible pour s'occuper de moi.

Arrivee le 5 mai a Saigon, j'ai contacte mon ami Son qui tient un guest house pres de l'aeroport pour savoir s'il avait de la place et mon ami Sum qui est de passage au Viet Nam pour visiter ses amis et sa famille.  Grande joie, Sum etait a Saigon et Son avait de la place.  J'ai donc evite soigneusement le quartier routard (Pham Ngu Lao) pour me rendre directement, en bus local, dans le district de l'aeroport. 

Quel bonheur !  Quelle difference !  Un autre Saigon !

Chez Son, on est tres bien recu, il est charmant, courtois, loquace et comme nous avons deja eu l'occasion de faire connaissance lors du projet Long An, nous etions heureux de nous retrouver.  Sum, lui, m'a invitee a passer la nuit dans sa famille et a faire un petit voyage d'une journee a My Tho avec celle-ci.  Une tres belle journee pendant laquelle j'ai pu admirer le nouveau pont sur la route de Ben Tre, un ouvrage d'art exceptionnel, j'en suis encore epoustouflee.  Quand on voit la largeur du fleuve a cet endroit, c'est vraiment du tout grand travail.  Il y a trois bras a enjamber, la vue est splendide et c'est un vrai delice de traverser ce pont.

Chez Sum, j'ai pu parler en francais avec sa maman, tout heureuse de pouvoir pratiquer a nouveau, elle parle tres bien malgre le temps passe et le peu d'occasion qui lui sont offertes de bavarder en francais.  Le papa est moins loquace car tres malade, mais il est vraiment charmant.  J'ai egalement pu gouter a l'excellente cuisine vietnamienne familiale, un vrai regal !  Et, bien entendu, impossible de finir les plats tant les quantites etaient grandes.  J'ai dormi comme un bebe dans cette grande et jolie maison, cela faisait des semaines que je n'avais pas aussi bien dormi, j'etais enchantee.  Je leur souhaite a tous longue vie et bonheur.

Le soir du deuxieme jour, je suis donc retournee chez Son apres etre passee acheter un billet pour Can Tho.  Su m'ayant contactee et dit que, meme s'il avait son travail, il trouverait des moments pour me guider ici et la et me presenter des personnes.  J'ai passe une excellente soiree a bavarder avec Son, il m'apprend enormement de choses sur la culture vietnamienne, le comportement des couples, le pourquoi du comment c'est parfois si difficile, etc.  Viet Kieu, il a une double sensibilite et peut mieux expliquer les choses.

Le 7 mai, j'ai repris mon sac et la route.  Direction Pham Ngu Lao pour prendre un motorbike qui m'a deposee dans le centre ville, un bus Mai Linh pour aller jusqu'a la gare routiere, un car Mai Linh pour aller jusqu'a Can Tho.  Depart de Saigon a 8 heures du matin, arrivee a Can Tho a 4 heures de l'apres-midi.  Fatiguee !!!

Je suis allee me poser a l'hotel ou nous avions fait halte avec Rafael lors de notre arrivee au Viet Nam, histoire de faire une sorte de pelerinage et de repartir a zero.  J'avais besoin d'un bain de jouvence vietnamienne.  Vu l'etat de mes finances, j'ai opte pour la chambre a 10 usd... Erk !!! Pas des plus propre, la clim heureusement, pas de frigo et une tele pourrie qui ne donnait qu'une seule chaine vietnamienne.  Pfff... ca commencait mal !!! En fait de pelerinage, c'etait plutot un chemin de croix...   Heureusement que Su est venu me distraire.  Nous avons passe une partie de la soiree ensemble avant qu'il reparte pour O Mon garder la ferme d'elevage pour la nuit.  Je suis alors allee faire un tour a Ninh Kieu, le parc en bord du fleuve ou se trouve la grande statue de Ho Chi Minh.  La, posee sur un banc, j'ai fait la connaissance de trois jeunes etudiantes qui m'ont demande si je voulais bien discuter avec elles afin qu'elles pratiquent leur anglais.  Nous avons passe une petite heure ensemble puis je suis allee me restaurer et suis rentree me reposer a l'hotel.  La journee avait ete tres longue et fatiguante.

Le lendemain matin, Su devait porter un bateau en reparation, il m'a emmenee voir l'atelier et j'ai pu ainsi voir les ouvriers au travail.  Tres different de chez nous et tres instructif.  Comme l'atelier est situe, forcement, le long de la riviere, j'ai pu egalement faire ma premiere experience des toilettes "nature".  A savoir un cagibi (intimite assuree) dans lequel une des planches est trouee et direct "tout a l'eau".  Marrant !  J'etais soulagee de n'avoir qu'un petit pipi a faire...

Jouxtant l'atelier, un petit commerce ou l'on prend son cafe et ou les clients peuvent bavarder en attendant qui son bateau, qui sa piece detachee, qui... rien, juste venir pour le plaisir de la discute.  Ambiance bon enfant, j'etais, bien evidemment, le pole d'attraction et j'ai pu une fois de plus sourire des regards curieux et des yeux que l'on detourne des que je m'en apercois.  Qui est cette blonde avec Su ?  D'ou vient-elle ? Oh, elle sait dire quelques mots en vietnamien !  J'ai eu des sourires et beaucoup de questions par personne interposee : je sais dire QUELQUES mots, pas tenir une conversation.  Un tres bon moment encore.

L'apres-midi, comme Su devait retourner a l'office (my company ! ca me fait rire), je suis allee me balader dans Can Tho a la recherche d'un autre hotel (marre de cette tele pourrie et pas d'internet, les soirees risquaient d'etre tres tres longues) et aussi a la decouverte de cette grande ville que je n'avais pas encore eu l'occasion de visiter vraiment lors de nos passages avec des clients. 

Can Tho est tres tres grande, tres tres animee et tres tres chaude.  Oufffff... J'ai frise l'insolation !  Les gens sont sympathiques et chaleureux, disent bonjour, s'essaient a trois mots d'anglais "What's your name ?" et ne sollicitent pas les etrangers pour leur vendre quelque chose.  Juste le plaisir de dire bonjour et d'entrer en contact quelques minutes.  Vivant a Nha Trang a l'annee, j'avais oublie qu'il etait possible de prendre un verre sur une terrasse sans devoir dire "khong, khong ban" (non, je n'achete pas) toutes les trois minutes.  Quel pied !

Apres une petite heure supplementaire de promenade, je suis allee me reposer dans un endroit (je ne peux l'appeler cafe) au bord de la riviere (un peu de vent, ouf).  La aussi, mis a part les vendeuses de billets de loterie, pas de sollicitation, pas d'enervement, juste le plaisir de s'asseoir et prendre un verre (jus d'orange pour changer du ca phe sua da).  Su passait dans le coin (entre deux courses pour son patron, il trouve toujours le temps de s'asseoir) et nous avons fini la journee ensemble avant qu'il reparte a nouveau pour sa garde de nuit. 

Ce matin, Su m'appelle pour m'inviter a aller prendre le cafe avec le pere de son patron.  "Tu pourras parler avec lui en anglais, il connait un peu"... Ben tiens !  Oui, quelques mots.  "Mais, tu sais parler le vietnamien, alors parle !".  Ben tiens !  Oui, quelques mots.  En fin de compte, nous avons sympathise, Su traduisait et le vieux monsieur et moi arrivions a plus ou moins nous comprendre un tiers francais (il connait... quelques mots), un tiers anglais et un tiers vietnamien.  Amusant, fatiguant et interessant car ici, je DOIS pratiquer le peu de vietnamien que je connais.  J'ai alors ete invitee a rejoindre la compagnie pour prendre le the, je crois que j'ai "tape dans l'oeil" (en tout bien tout honneur) de monsieur le pere du patron. 

Nous sommes ensuite alles reprendre mes bagages et je me suis installee dans le quartier de la compagnie, tout a fait en dehors du quartier touristique, dans un petit hotel sympa, pas cher, propre et avec tout le confort necessaire (clim, frigo, TV cablee, wifi).  Bon, la wifi, elle fonctionne quand elle veut, c'est agacant, mais pour le prix, je ne vais pas trop faire la difficile, si la connexion est mauvaise, j'irai dans un cafe pas tres loin ou je pourrai travailler un peu.  La, c'est "confort et connexion".  Je suis allee faire un tour de reperage tout a l'heure, la serveuse se rejouit de me voir demain.  Tu penses, je serai probablement la seule blanche et cela fera divertissement.

Apres un cafe cet apres-midi avec Monsieur le Pere et Su, chacun a pris sa route.  Su part jusqu'a lundi matin dans une autre province et, pour que je ne sois pas seule, il m'a conviee a aller prendre le cafe demain matin avec Monsieur le Pere.  Ce dernier m'a invitee a visiter d'autres provinces si je reste suffisamment longtemps a Can Tho.  Je ne sais pas trop ce que je vais pouvoir lui raconter, mais "T'inquiete, on est en famille".  Il en a de bonnes, Su, a m'embarquer dans des galeres pareilles !!!  D'un autre cote, le charmant monsieur a beaucoup de relations et il sait que je cherche du travail.  Je m'en vais donc le soigner "aux petits oignons", ce sera tout benefice pour nous.  Il etait marri que je doive rester seule toute une journee et tout content que j'accepte son invitation.  "Ne t'inquiete pas, il sera de retour lundi matin".  Je suis deja consideree comme une personne "a proteger", moi qui suis si independante, ca m'amuse et me flatte.

Ce soir, je suis allee manger un "bon" steak-frites au fast-food du CitiMarkt.  Bon, il n'etait pas vraiment, steak-frites, il l'etait.  Neanmoins, je ne reitererai pas l'experience, mes dents en ont pris un coup.  C'est apres mon repas que j'ai recu un coup de fil de Rafael m'annoncant que le demenagement est annule, le proprietaire ayant eu de nouvelles exigences, il me demandait ce que j'en pensais.  Comme j'avais promis, pour eux, de louer cette maison, j'etais un peu mal prise.  Entre mon envie de rester ici et la crainte de decevoir les tourtereaux, j'ai "passe le relais" et laisse le choix a Rafael qui m'a donne sa benediction.  Lui aussi, ainsi que Yen, en a marre de tous ces changements et m'a avoue etre soulage de ne pas faire cette location.  Excellente nouvelle !  Les jeunes "font leur vie" et vont se chercher une maison plus petite et moins chere et "maman" va rester la ou elle se sent bien pour l'instant, a Can Tho.

Qu'est-ce qui me plait dans cette grande ville ?

L'ambiance y est vraiment agreable. 
Les gens sont sympathiques, souriants, prompts a aider et a renseigner, heureux de rencontrer une etrangere.  Ce soir, je suis alle faire un tour dans un quartier de l'autre cote de la riviere.  Il y a beaucoup de cafes-jardins, de l'ambiance, de l'animation (bon, c'est samedi, jes uppose que ce n'est pas tant tous les jours), des karaokes en plein air, une petite foire avec des carousels pour les enfants, des lumieres et de la musique partout.  De la bonne, celle qui detend et distrait a la fois.  Comme je suis seule, je dois me debrouiller pour mes consommations, mes achats et cela m'amuse toujours autant lorsque les vendeuses ecrivent le montant sur leur calculette et que je le lis en vietnamien.  "Chi hop tieng viet ?" (madame parle le vietnamien) - "It chup" (un petit peu) - passez-moi l'orthographe, merci, je vous transcris en phonetique -.  Parfois alors commence une conversation et je suis obligee de repeter "it chup", en effet, je suis incapable de comprendre ce qu'elles me disent par manque de vocabulaire et a cause de la volubilite des demoiselles.  On en reste la, mais on a fait connaissance.  A demain ou apres...

C'est un grand centre.
Il y a beaucoup de magasins, de tout et a tous les prix.  Des marches, couverts et de rue.  Plusieurs supermarches et meme un Metro (le magasin - pour les Belges, l'equivalent du Makro).  Des societes, des banques, des hopitaux, des parcs, des squares, des quais amenages en parc-promenade,... bref, tout ce qui est necessaire a la vie d'une Europeenne qui aime parfois retrouver "son confort occidental".

Les opportunites.
J'espere trouver du travail ici, soit dans un des grands hotels de luxe, soit en donnant des cours de francais et peut etre meme d'anglais.  Il y a de nombreuses ecoles, une universite et d'apres Su et Monsieur le Pere, la demande est importante. 

La vie vietnamienne.
Ici, peu de touristes.  Ils sont concentres pour la plupart dans le quartier de Ninh Kieu et des que l'on sort de la, on se retrouve dans une ville totalement vietnamienne mais tres moderne, vivante, active.  Bien sur, on peut trouver cela a Nha Trang aussi et j'ai vraiment aime y vivre, mais ici c'est beaucoup plus grand et diversifie.  J'ai un peu la sensation, dans certains quartiers, d'etre en Belgique, le mauvais temps en moins.  C'est Bruxelles ou Liege avec les gens qui sourient, c'est la vie dehors, c'est le progres.

Il y a de l'eau et de l'espace.
J'avais peur de quitter Nha Trang et sa mer.  J'adoooooore la mer !  Mais ici, le fleuve est tellement large qu'on voit peu la difference.  La baignade ne me manquera pas, je n'allais jamais me baigner, le bleu par contre, du ciel et de l'eau me manqueront tres certainement, les iles aussi et le cote "vacances perpetuelles" qui n'existe pas ici.  Mais si je veux aller sur l'eau, pas de souci, il y a des bateaux a ne plus savoir qu'en faire, deux marches flottants, des petits arroyos ou il fait bon naviguer.  Tant sur terre qu'au bord du fleuve, on peut "voir loin", on n'a pas la sensation d'enfermement que je deteste.

Vous me direz : "Attends dans six mois, tu en auras ton compte".  Possible !  Je suis une nomade, l'appel du large se fait toujours sentir a un moment ou a un autre, mais pour l'instant, j'ai envie de me poser ici, car j'ai retrouve la joie de vivre que j'avais perdue a Nha Trang.  J'aime toujours autant Nha Trang, sa cote, sa mer, ses iles, je sais qu'elle va me manquer, mais je pourrai y retourner souvent puisque Rafael y reste vivre et travailler. 

Je n'arrete pas les tours, s'il y a des amateurs ou des clients qui desirent travailler avec nous, ce sera toujours avec plaisir.  Je compte rester en contact avec Qua s'il est d'accord... ca, c'est moins sur.  Au pire, je connais d'autres guides qui pourront le remplacer le cas echeant.  Je suis un peu triste de lui faire de la peine en quittant Nha Trang, je ne lui ai pas encore annonce la couleur... et je ne sais pas encore quand ni comment je vais le faire.  Mais bon, ca, c'est du domaine prive...  Le coeur a ses raisons...

Bonne journee !

Pat

Pour ceux qui veulent savoir... deux photos

su_petit  moi_petit