Nouvelle maison, nouvel environnement.

Ca y est, le demenagement est fait, le plus gros est range, les pieces sont nettoyees et je peux reprendre une vie normale.

Un demenagement, c'est toujours un stress, place troisieme sur la liste des medecins, c'est vous dire...  Et comme ca doit faire la vingtieme fois que je demenage dans ma vie, vous comprendrez aisement pourquoi je suis si souvent stressee.  Enfin, je devrais dire "etais", car depuis mon arrivee au Viet Nam, j'ai appris a decompresser, a remettre les soucis a demain et je n'ai plus jamais eu mal a l'estomac.

Ce matin, je me suis eveillee a sept heures trente et apres un bref passage a la salle de bains, j'ai enfourche mon velo et suis allee boire un cafe au bord de la mer.  Ca faisait presque six mois que je n'avais plus fait cela et j'en ai profite au maximum.  J'ai trouve, a une centaine de metres de chez moi, un cafe vietnamien de classe, belle terrasse surelevee avec vue sur la mer, musique vietnamienne "people", parasols et ventilateurs.  Le BONHEUR !!! 

Je suis restee a siroter mon "ca phe sua da" trois bons quarts d'heure en regardant la mer, les bateaux de pecheurs ancres dans la baie apres une nuit de labeur, les passants a motobyke ou a velo, les etudiants se rendant au college ou a l'universite (mon quartier est dans le coin des ecoles), la vendeuse de billets de loterie, les anciens terminant leur promenade matinale, et j'ai pense a vous.  Ne vous meprenez pas, il n'y avait aucune malice dans mes pensees du genre "je suis ici au soleil pendant qu'ils triment sous la pluie", c'etaient des pensees amicales pour les uns et les autres.  Je me demandais ce que faisaient les filles, si leurs "jules" etaient toujours les memes, si les enfants etaient bien rentres a l'ecole.  Je pensais aux collegues sur le terrain et a toutes ces petites choses qui arrivent au quotidien du policier.  Je me demandais si Monsieur le Chef de zone etait en vacances ou revenu au bureau devant faire face a la pile de dossiers a lire et traiter. 

L'espace d'un instant, j'aurais voulu avoir le don de deplacement instantanne pour passer faire un petit coucou a tout le monde.  Une petite pincee de nostalgie m'a prise, mais elle fut fugace : des que mon regard s'est a nouveau pose sur la mer scintillante, le ciel bleu et les iles au loin, je me suis dit que j'avais une chance extraordinaire d'etre la.

Mon cafe bu, je suis allee au marche. 

Dans ce quartier, il est assez grand et on y trouve un peu de tout.  Il fait chaud, ca sent tres fort, il y a des mouches partout et il faut regarder ou on met les pieds car les echoppes sont baties a meme la terre et, dans certaines allees, c'est de la boue ou des flaques d'eau. 

La partie "consommables" est sous abri, lisez sous tentes, et le melange est etonnant.  Les etals de viande jouxtent les bacs a poissons, les nouilles humides cotoient les legumes, le riz de toutes les categories est expose en tas coniques ou, parfois, dans des sacs ouverts afin que le chaland puisse le toucher et le soupeser, car tout le monde touche, triture, tate, discute, marchande, choisit; c'est un vrai festival de bacteries, mais personne ne s'en preoccupe et, chose etonnante, on ne tombe pas malade en consommant les denrees achetees dans de telles conditions de non-hygiene. 

Un peu plus loin, on trouve les non-consommables : objets en plastique, brosses et balais, tasses, verres, tabourets, ustensiles de cuisine, vetements, chaussures, produits de nettoyage, linge de maison, sacs, accessoires, bijoux, produits de maquillage, CD, DVD, telephones portables, piles, etc.  Tout ce qui s'emporte sur un motobyke, vous seriez etonnes de la quantite de choses qu'on peut transporter sur un motobyke, se trouve sur le marche.  Les grosses pieces, meubles, vehicules, sanitaires et autres, restent dans les magasins alentour. 

En revenant j'ai pense a ma mere - je me rejouis de l'emmener dans un de ces endroits et de voir ses reactions - et a toutes les femmes que je connais.  Nous sommes bien loin des grandes surfaces aseptisees avec frigos et congelateurs, des carrelages nettoyes trois ou quatre fois par jour, des emballages sous vide et des gants de plastique au rayon boucherie; nous sommes a des annees lumieres des rayons bien ranges ou tout est parfaitement aligne, etiquete, brillant de proprete, ici c'est du "en vrac" on entasse un maximum pour montrer un maximum, on ne se formalise pas si l'emballage est couvert de deux centimetres de poussiere, l'important est de proposer au client ce qu'il recherche et lui sera utile; si on ne l'a pas en stock, on enverra le gamin ou la collegue le chercher dans une echoppe voisine ou a la maison.  Ici, pas de publicite, pas de petits plateaux de degustation avec gobelet, barquette et fourchette jetables, si on veut gouter, on prend un morceau, on essuie sa main sur son pantalon ou sa blouse si elle est souillee et tout le monde trouve ca normal. 

De retour a la maison, j'ai fait la lessive : dans un bassin, a l'eau froide, accroupie sur le sol, car je n'ai pas de lessiveuse et s'il y a beaucoup de "laundries", maisons particulieres ou les femmes vous font votre lessive dans les memes conditions moyennant paiement, il n'existe pas de laveries automatiques.  Pour le sechage, on s'achete un portique, on place chaque piece sur un cintre et on laisse pendre pendant toute la journee, le vent et le soleil feront leur travail. 

Cela fait, nettoyage des chambres et arrosage des endroits ou de nombreuses bebetes se rassemblent afin de les decourager pour quelques heures.  Eh oui, ici, les fourmis minuscules foisonnent, les blattes viennent en reperage, les araignees tissent leur toile ou bon leur semble et il faut une sacree dose de courage pour envoyer tout ce petit monde voir ailleurs si le passage est plus nourricier.

Voila une matinee bien remplie, quasi quotidienne.  Tout ceci pour vous faire comprendre que meme si je suis au soleil, libre de travailler quand bon me semble et de faire la sieste sous le ventilateur, la vie n'est pas forcement de tout repos et qu'elle a les inconvenients de ses avantages.

A bientot,
Bonne journee,
Pat