Le plaisir de se libérer...

Aujourd'hui, visite des parents.  Après avoir mangé, nous avons fait le tour des choses que je voudrais laisser chez eux, juste au cas où je devrais un jour revenir en Belgique.  Le coffre de la Yaris est plein, et il y aura encore quelques trucs à déménager, mais quand je fais le total, la plus grosse partie de ces choses sont tout simplement des objets que je leur donne et qu'ils jetteront un jour où l'autre.  Mes "souvenirs" précieux tiennent dans une caisse à bananes, plus mon synthétiseur qui, lui, prend un peu plus de place.

J'ai déjà vendu quelques meubles, j'espère en vendre quelques autres, le reste ira au conteneur... sans regret.  L'appartement commence à se vider peu à peu, j'ai laissé momentanément les cadres aux murs, histoire de ne pas avoir l'impression d'un son creux quand on parle, la plupart des armoires sont déjà vides et dès décembre, le grand nettoyage par le vide commencera vraiment.

Pour partir, nous avons droit à 2x20 Kgs de bagages de soute et 2 x 8 Kgs de bagages de cabine.  J'ai d'abord cru que ce serait trop peu; finalement, nous aurons toute la place qu'il nous faut.  Ca fait drôle de se dire que l'essentiel de notre vie tiendra dans un demi mètre cube, mais finalement, lorsque je regarde les photos de certaines villes vietnamiennes, les inondations, les gens qui ont tout perdu, je me dis que nous avons encore de la chance, nous aurons de quoi écouter de la musique, nous habiller et de l'argent pour nous loger et manger.  Bref, l'essentiel si on part du principe que nous sommes tous deux en bonne santé et que nous allons faire connaissance avec une famille très très élargie composée de 200 enfants au moins, d'une dizaine de soeurs et de toutes les personnes qui passeront régulièrement rendre visite à l'orphelinat.